Livre, histoire, biographie, personnage, Léon Marès, Château de Montrottier, Lovagny, Haute-Savoie, Hérault, Collectionneur, Collection, Famille, Naissance 1854, mort 1916, Montpellier.

Chronologie historique et familiale.

Les grandes périodes historiques au temps de la famille Marès :

La monarchie de juillet.

Désordres et tensions sociales, associés à de profondes crises économiques créent de sanglantes émeutes. Les peuples demandent alors des réformes libérales. Les émeutes à Paris le 22 février 1848 provoquent la révolution de 1848 qui renverse le roi Louis-Philippe, met fin à la monarchie de Juillet et instaure la république, proclamée le 24 février par le Gouvernement provisoire.

 La Deuxième République.

Régime de la France du 25 février 1848 au 2 décembre 1852.

Le printemps des peuples. Le Gouvernement provisoire proclame la IIe République avec le souci de créer une démocratie sociale et de militer pour l’avènement d’une fraternité universelle. Un contexte quelque peu tendu conduit Louis-Napoléon Bonaparte, à siéger comme député. Face à la division des républicains, Louis Napoléon Bonaparte est élu président à une forte majorité, le 10 décembre 1848

 Le second Empire 1852-1870.

Régime politique établi en France le 2 décembre 1852 par Napoléon III et qui dura jusqu'au 4 septembre 1870.

Installé après le coup d'État du 2 décembre 1851, le régime impérial fondé par Napoléon III, proclamé empereur des Français le 2 décembre 1852, repose sur la Constitution du 14 janvier 1852

L’an 1870 sonnera la fin du second Empire et de la monarchie en France.

  Trois périodes marquantes :

1. L'EMPIRE AUTORITAIRE (1852-1858)

Le régime impérial confisque les libertés individuelles et brise l'opposition par la terreur.

2. L'EMPIRE LIBÉRAL (1858-1870)

La crise de 1858, consécutive à l'attentat d'Orsini contre l'empereur (14 janvier 1858), marque le terme de la période autoritaire du second Empire.

3. LA CHUTE DE L'EMPIRE

Tandis qu'à l'intérieur se multiplient les grèves, dues au malaise économique, et les manifestations républicaines, Napoléon III, dupé par Bismarck dans l'affaire de la candidature du prince de Hohenzollern au trône d'Espagne (dépêche d'Ems, 13 juillet 1870), s'engage, sans appui diplomatique et sans préparation militaire, dans une guerre contre la Prusse. Un mois de revers (août-septembre) s'achève par la capitulation de Sedan (2 septembre), où l'empereur est fait prisonnier. Ce désastre provoque l'effondrement de l'Empire.

 La Troisième République 1871-1916.

 Après la défaite de 1870, l'installation de la Troisième République n'est pas acquise d'emblée. Créée sous le règne d'une majorité parlementaire conservatrice, plutôt monarchiste et bonapartiste, elle va perdurer pendant près de soixante-dix ans, sans véritable Constitution. C'est pourtant l'apogée du régime parlementaire. La Chambre des députés exerce une influence décisive sur l'action des gouvernements successifs. L'œuvre de la Troisième République est considérable, aussi bien en matière d'instruction publique que du point de vue des libertés et de l'épanouissement d'une société démocratique. La Troisième République remporte la terrible épreuve de la Grande Guerre, mais elle succombe à la défaite militaire du 10 mai 1940. 

 Source : Assemblée nationale. Histoire de l'Assemblée nationale. En savoir plus...  http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/histoire-1870.asp

 La Grande Guerre : 1914

Conflit qui, de 1914 à 1918, opposa l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, rejointes par la Turquie (1914) et la Bulgarie (1915), à la Serbie, à la France, à la Russie, à la Belgique et à la Grande-Bretagne, alliées au Japon (1914), à l'Italie (1915), à la Roumanie et au Portugal (1916), et enfin aux États-Unis, à la Grèce, à la Chine et à plusieurs États sud-américains (1917).
Lorsque le conflit éclate, tous les gouvernements tablent sur une guerre courte. La guerre
a fait plus de 10 millions de morts au total, dont 1,4 million de Français. Plus de 20 000 Savoyards ne reviendront pas en 1919.

Les grandes étapes de la vie de Léon Marès :

De 1854 à 1875 

Minorité à Montpellier (durée de la période: 21 ans)

Cette période, jalonnée d'événements majeurs qui le marqueront, est l’une des plus importantes pour Léon Marès. Jusqu’à sa majorité, il partage avec ses parents les grands moments pendant lesquels il se construit.

De 1875* à 1878*  : Séjour au Haras du Pin, Département de l'Orne (durée de la période: 4 ans)

Un parcours éducatif, hippique et sportif hors pair. Léon Marès est envoyé après sa majorité (qui est, à l’époque, fixée à 21 ans), conformément aux obligations et dans l’esprit de dignité sociale pour les jeunes hommes, au Haras du Pin. Pourquoi savons-nous qu’il intègre le Haras en 1874, ou en tout cas pas avant ? L’École du Pin fut fermée et abolie en 1854, année de naissance de Léon Marès. Ce n’est que 20 ans plus tard, sous la IIIe République, et grâce à la volonté du député Edmond Bocher, que l’administration des haras rétablit, en1874, le Haras du Pin comme : « École nationale des officiers de haras ».

De 1878* à 1906 : Séjour à Montpellier (durée de la période: 28 ans)

La mort de son père à Paris en décembre 1878, décide Léon Marès à rentrer à Montpellier auprès de sa mère Anne et de sa soeur Louise.

De 1906 à 1916 : Propriétaire de Montrottier, commune de Lovagny, Haute-Savoie. (durée de la période: 10 ans)

Léon Marès hérite du château de Montrottier, propriété de sa sœur décédée à Lyon, en décembre 1906, elle même le tenait de son époux, Georges Frèrejean, décédé 4 ans plus tôt. Est-ce que cela sous-entend que Léon Marès s'installe au château en décembre 1906, peu après les funérailles douloureuses de sa sœur, à Lyon ?

En saison hivernale le château n'est pas habité par ses propriétaires ; seuls restent sur place, les gardiens et quelques personnels de confiance. En effet, le château, sans confort moderne, ne peut être habité dans de telles conditions. D'autre part, est-ce que Léon Marès aurait pris le risque de déplacer, de Montpellier à Montrottier, les animaux de sa ménagerie en période si froide ?

D’ailleurs, Joseph Serand nous éclaire sur la plausible chronologie de cette époque. Dans son étude historique et archéologique du château de Montrottier, Joseph Serand nous informe que "dans un premier temps, Léon Marès s’installe au château, y fait procéder des travaux (eau, électricité, chauffage, bâtiment pour le personnel, bassin dans le parc…) tout en se partageant entre ses autres propriétés, puis il fait venir ses collections de Montpellier..." **

Léon Marès devient propriétaire en décembre 1906. Certes, à ce jour, rien n'indique ni ne précise la date exacte de son installation définitive au château, avec collections et animaux. Nous pourrions donc en déduire que Léon Marès s'installe définitivement à Montrottier au printemps/été 1907*.

Notes :

(*) En l'absence de preuves irréfutables, les dates sont données à titre indicatif et/ou approximatif. Ces informations sont données dans le seul but de rendre une meilleure lisibilité chronologique.  

(**)Joseph Serand, Le château de Montrottier, Etude historique et archéologique, Edité chez Gardet et Garin à Annecy, 1949. Page : 72.

___________________________________________________________________________

(*) Evènements : N = Naissance ; Dc = Décès ; Inh = Inhumation.

# Henriette, Charlotte, Marie, Louise Marès est née dans la nuit du 18 au 19 décembre 1850 ; l’acte de mariage (20 avril 1887) avec Georges Frèrejean précise la date de naissance comme étant le 19 ; nous retiendrons donc cette date.

- La table décennale de l'état civil (1860-1902) des Archives de Paris (réf. : D1M9/808) indique que Claude, Etienne, Léon Marès est décédé le 3 décembre 1878.

L’acte de décès indique quant à lui le 3 novembre (réf. : V4E 3206).

M. Marès en tant que maire de la commune de Saint-Gély-du-Fesc (proche de Montpellier), signa en cette commune deux actes de naissances le 8 novembre 1878 (réf. : 3E263/5 Saint-Gély-du-Fesc : registres de la période 1875 à 1886). L'analyse graphologique de la signature de M. Marès démontre (sauf erreur de notre part) que cette dernière provient bien de la main de son auteur.

D'autre part, la lecture du registre des actes de décès du mois de décembre 1878 du 6e arrondissement de Paris nous informe que l'officier de l'état civil mentionne bien le 3 décembre pour les actes 2346 et 2347.  Les deux suivants, les actes 2348 et 2349 (ce dernier étant celui de M. Marès) indique le trois novembre. Enfin les suivants reviennent au trois décembre

La signature de 2 actes de naissance en date du 8 novembre 1878 à 3 heures du soir (de l'après-midi) à Saint-Gély-du-Fesc prouverait à elle seule que M. Marès n'aurait pas put décédé le 3 novembre de la même année. A défaut d'avoir d'autres éléments prouvant le contraire, nous retiendrons comme date officielle de décès de Claude, Etienne, Léon Marès le 3 décembre de l’an 1878 à Paris, 6e arrondissement.